C’est une aventure véritablement hors norme qu’ont réalisé James Bansac et Sébastien Spanneut en intégrant les 7 Majeurs dans leur tour du sud de la France, soit 4500 km, 70 000 m D+ avalés et digérés en 44 étapes. Coursiers à vélo, rouler avec des vélos chargés ne l’effrayent pas, même lorsqu’il faut faire face à autant de difficultés. C’est donc avec des vélos accusant près de 40 kg qu’ils sont devenus « Membres » de la Confrérie des 7 Majeurs au terme de 5 jours d’effort et en en ayant déjà 40 dans les jambes !

Arrivant à Isola en provenance du col de Saint Martin, ils décident d’attaquer les 7 Majeurs en fin de journée en grimpant la Lombarde. 

Voici la suite de leur aventure :

Le lendemain la Fauniera nous attend. Il pleut lors de l’ascension et nous nous perdons de vue. Arrivé au sommet je descends en direction du col de Morti mais je loupe l’intersection pour rejoindre Ponte Marmora et j’arrive à Monterosso Grana où je décide de m’arrêter pour faire une pause et attendre Séb. Ne le voyant toujours pas arriver, je regarde ma carte et je me rends compte de mon erreur…  J’ai descendu 20 km pour rien ! Pas le choix, il me faut remonter là haut et le panneau à la sortie du village m’indique 7.6 % de pente moyenne.

Dépité je me reprends vite et préviens Seb de mon erreur mais avec mon chargement, une erreur pareille se paye très cher. Les passages à 12, 14 et 15% sont nombreux et me poussent dans mes derniers retranchements.

De son côté, Seb doit affronter une pluie battante qui l’oblige à se mettre à l’abri dans une maison abandonnée au hameau de Tolosano où il va donc m’attendre.

Lorsque je le retrouve, épuisé, j’achève l’une de mes plus dures journée sur un vélo par un bon bain dans un lavoir où l’eau est littéralement glacée !

Nous passerons la nuit ici et au réveil, autant dire que je suis encore KO. Mais on ne minaude pas avec les 7 majeurs et on s’attaque à Sampeyre malgré la pluie et on enchaîne avec Agnel qui va nous achever avec ses 9 derniers km à 10% de moyenne. Nos arrivons au sommet au coucher de soleil et entamons la descente plein phare et gelés jusqu’à tomber sur quelqu’un qui nous héberge gratuitement pour la nuit dans son chalet.

Après une bonne nuit, place à l’ Izoard qui se passe sans trop de soucis. On fonce ensuite sur Vars mais les orages nous contraignent à nous arrêter à Sainte Marie de Vars où nous dormirons à même le sol.

Le lendemain nous repartons donc pour le col de Vars et le très long col de la Bonette. Les organismes sont éprouvés mais c’est avec une joie extrême que nous arrivons enfin à Isola, terme des 7 Majeurs mais pas de notre journée puisque nous décidons de poursuivre jusqu’à Sauveur sur Tinée et d’enchaîner avec l’ascension de la Couillole, notre 8e majeur !