Michel, André et Sylvain sont 3 frères. Anciens coureurs ayant eu les honneurs de la sélection en équipe du Canada, ils se sont lancés en août 2018 à la conquête des 7 majeurs, entraînés dans cette « folie » par Michel, l’aîné de la fratrie.

Ils s’étaient fixés comme objectif de boucler le parcours en 48 heures. Ils mettront finalement une dizaine d’heures de plus que prévu mais qu’importe, ils sont repartis au Québec avec les souvenirs uniques d’une aventure exceptionnelle partagée en famille. Pour Michel, le parcours est incroyable autant par sa difficulté que par sa beauté.

Partis de Jausiers où ils avaient établi leur camp de base à l’hôtel Sans Souci (faut-il y voir un signe ?) ils ont effectué le parcours en autonomie totale dans le sens des aiguilles d’une montre, soit l’itinéraire de référence s’achevant par l’ascension aérienne de la cime de la Bonette à 2802 m d’altitude.

Mais avant de savourer ce bonheur unique que procure l’arrivée sur le toit du Mercantour, il leur a fallu puiser au plus profond d’eux-même pour venir à bout de ces 7 géants des Alpes du sud.

Dans la fraîcheur matinale, les cols de Vars et d’Izoard se passeront assez bien, bien qu »ils aient quelque peu sous-estimé la difficulté de tous ces cols, notamment en ce qui concerne leur distance.

Si la montée du col d’Agnel se passa plutôt bien, la descente fut terrible à cause tout d’abord d’un très épais brouillard avant que la pluie et le froid ne viennent s’ajouter à la difficulté. C’est totalement gelés et fatigués qu’ils se présenteront à l’entrée du Tratoria à Sempeyre pour y passer la nuit.

Le lendemain, 2 monstres les attendent : Sempeyre et Fauniera, deux cols terribles, mais dans un décor magnifique.

Nos 3 valeureux québécois se souviendront également longtemps de l’état des routes en Italie notamment dans les descente où, pour ne rien arranger, la pluie et le froid les ont accompagnés.

Après une seconde nuit dans une auberge à Demonte ils vont reprendre la route pour les deux derniers cols, La Lombarde qui sera le coup de coeur de Michel puis la Bonette pour terminer leur fantastique périple. Le plaisir et le bonheur furent tels qu’ils en oublièrent les moments difficiles.

Michel, André et Sylvain sont désormais « Membres » de la Confrérie des Majeurs.