Thierry Guillemot a 55 ans. Victime d’un accident en 1985 il a été amputé d’une jambe. Malgré son handicap, cet ancien coursier a continué à roulotter jusqu’en 2013, année à partir de laquelle le vélo va redevenir une activité beaucoup plus régulière.

Le déclic a lieu alors qu’il séjourne dans les Pyrénées, à Bagnière de Bigorre, au pied d’un mythe du Tour de France : le col du Tourmalet. Bien que n’ayant à peine 500 km d »entraînement, Thierry décide de se hisser tout là haut à 2115 m d’altitude. La première tentative est un échec mais Thierry, breton et têtu, y retourne quelques jours plus tard et parvient jusqu’au sommet. La magie d’une telle victoire l’incite à ne pas en rester là et il met à profit son séjour pyrénéen pour conquérir l’Aspin, le Chiroulet, le Soulor et l’Aubisque.

Depuis, Thierry s’est remis au vélo avec beaucoup plus d’assiduité. Il retrouve les pentes du Tourmalet en 2015 et améliore son temps de 2013 de plus de 40 minutes.

Devenu chasseur de cols, Thierry en compte 200 dont 15 à plus de 2000 m, chaque ascension, qu’elle soit mythique ou méconnue, constitue pour lui une victoire.

Jamais rassasié et toujours en quête de nouveau challenge, Thierry a décidé de s’attaquer aux 7 Majeurs. Le challenge est de taille mais notre breton a de la ressource et la volonté nécessaire pour gravir chacun de ces 7 monstres qui l’attendent. En guise de préparation il a participé en juin au Santini Granfondo Mont Ventoux ainsi qu’aux 24 heures du Castelet. 

Il s’élancera ce vendredi 5 juillet 2019 de Jausiers, en solo et en autonomie totale avec comme objectif de vaincre les 7 Majeurs en 4 ou 5 étapes en espérant que le corps suive pour défier les pentes qui l’attendent et se hisser au sommet de chacun des cols dont il en connait déjà 3 : Vars, la Bonette et l’Izoard.