BOUILLET Louis

Grade : Maître
Année : Chapitre 5 - 2020
Option : Avec assistance
Localité de départ : Eygliers
Date et heure de départ : 19.08.2020 - 23:00
Date et heure d'arrivée : 20.08.2020 - 23:55
Lien vers l'activité Strava : http://www.strava.com/activities/3942950298
Photos et heures de passage
bouilletlouis_7_vars.jpeg
Date et heure de passage : 20.08.2020 - 23:15
bouilletlouis_1_izoard.jpeg
Date et heure de passage : 20.08.2020 - 01:50
bouilletlouis_2_agnel.jpeg
Date et heure de passage : 20.08.2020 - 04:20
bouilletlouis_3_sampeyre.jpeg
Date et heure de passage : 20.08.2020 - 07:10
bouilletlouis_4_fauniera.jpeg
Date et heure de passage : 20.08.2020 - 10:30
bouilletlouis_5_lombarde.jpeg
Date et heure de passage : 20.08.2020 - 15:10
bouilletlouis_6_bonette.jpg
Date et heure de passage : 20.08.2020 - 20:10
Impressions
Impressions : Départ mercredi 23h donc, on roule le "faux-plat" jusqu'au premier col tous ensemble (5) et on le monte ensemble aussi. Le rythme est un peu au-dessus de ce que j'avais imaginé... 140bpm avg, et jusqu'à 160 de max, pas vraiment l'optique que j'avais prévu. J'ai constaté que mes pulses montaient surtout quand je devais me nourrir dans la montée et donc je change de stratégie pour le second.

Le second est monté plus ou moins à la même intensité mais ne voulant pas faire monter mes pulses en mangeant, je finis un peu en hypo... Impossible de manger dans les descentes (surtout de nuit) mais j'arrive à caser ça aux pauses (sommet et pied). Je me retape super bien et monte le 3ème sans soucis :)

Le 4ème est très long et pour la première fois je me retrouve isolé (2 devant pas loin, 2 derrière assez loin) et je le finis aussi en hypo n'ayant pas trop trouvé des re-doux pour manger. Je fais une mini pause en haut pour récupérer de la lucidité et j'attaque la descente. On fait une longue pause en bas vu que le sommet n'était pas accessible aux voitures suiveuses et on repart en pleine heure chaude pour attaquer le cinquième, je suis confiant.

Dans le 5ème, c'est la catastrophe, on monte en plein soleil et dos au vent donc je n'arrive pas à me refroidir, la montée est un véritable calvaire et j'ai du mal à m'alimenter. Je décide d'abandonner après ce col-ci, de juste faire la descente pour "finir" ce 5ème mais je commence à avoir des crampes partout et je me dis que je ne passerai jamais la Bonette.
On laisse partir les 2 plus rapides qui peuvent encore casser les 24h.

Ma copine et le dernier autre rouleur essayent de me persuader du contraire et me forcent à faire une sieste de 20min à l'ombre. Ca a fait passer mon coup de chaud et je repars donc pour le 6ème en prévoyant une pause tous les 5km (sur 26) pour bien prendre le temps de me nourrir sans me stresser avec mon cardio. C'est terriblement long mais on finit par arriver en haut, là c'est quasi gagné vu que le dernier col ne fait que 10km (même si la seconde moitié est à 10%), ça me semble à nouveau jouable de finir.

Le chrono n'est plus vraiment un objectif, il ne sera pas possible de faire 24h mais on tient (tous les 2) à finir en une fois. A la fin de la descente du 6ème, je vomis spontanément, je me sentait mal digestivement depuis une bonne heure et ça me remet bien.

A partir de là, je ne bois plus que du coca débullé pour m'alimenter en sucre, plus envie de tester du solide, le dernier col passe tout seul puisque c'est mon copain qui commence à coincer dans les montées et la descente nous amène à l'arrivée en un peu moins de 25h.

En résumé, j'ai mal préparé la chose. Là où je voyais une longue sortie entre copains, il s'agissait en réalité d'une vraie épreuve physique. Le cardio monte haut dans les montées donc impossible de manger et les descentes ne permettent pas vraiment non plus de s'alimenter. J'avais prévu de l'eau et de l'eau avec électrolytes (donc sans sucres) dans mes gourdes et des barres trop dures à mâcher/avaler. J'avais aussi prévu une multitude d'autre choses dans la voiture pour varier la bouffe : pâtes, biscuits, bonbons, chips, sandwich, ... Mais je n'ai presque touché à rien. Si c'était à refaire, je partirais avec une boisson isotonique pour assurer au moins la moitié de mon apport en sucre.